LA TRANSPIRATION

La Transpiration Excessive

La transpiration excessive ou hyperhidrose

La transpiration excessive est normale quand il fait chaud ou lorsqu’on fournit un effort intense. Cet excès est normal, car la sueur en s’évaporant refroidit le corps. C’est lorsque sa production est inadaptée que l’on parle de transpiration excessive ou hyperhidrose.
C’est très souvent dans l’enfance qu’apparaît cette condition.

Transpiration excessive : Quand suer fait suer

transpiration excessive des mains

La transpiration est un phénomène physiologique, ce n’est que lorsqu’elle devient excessive et INVALIDANTE que l’on parle d’hyperhidrose. Cette transpiration excessive peut être la cause de différents problèmes, mains moites, odeurs corporelles dues à la sueur …
Cette transpiration excessive contrairement aux idées préconçues est relativement fréquente (125000 cas en France, 0,5% à 1% de la population pour les mains). Nous pouvons tenter d’expliquer la discordance entre cette fréquence et la notion qu’en ont les médecins, par la résignation des personnes atteintes par cette pathologie, qui connaissent par expérience, le peu de résultats des traitements jusqu’alors proposés. Pourtant, il existe des traitements.

La transpiration excessive est en général bien dissimulée. Ceux qui souffrent de transpiration excessive mettent en œuvre toutes sortes de stratagèmes pour cacher leur invalidité. Cela va de la collection de mouchoirs dans la poche ou dans le tiroir du bureau (mains moites), au changement pluri-quotidien des chaussures (transpiration excessive plantaire), ou des chemisiers (transpiration excessive axillaire), jusqu’à l’évitement social complet.

Transpiration excessive : les problèmes psycho-socio-professionnels

Transpiration excessive : Le handicap social

Il est surtout ressenti par la population féminine, probablement en rapport avec les contingences sociales liées à l’aspect physique dans notre société. La transpiration excessive plantaire gêne parfois les rapports sociaux en raison des mauvaises odeurs qu’elle peut engendrer. Mais, c’est surtout l’hyperhidrose palmaire qui constitue un réel handicap social. La poignée de main étant quasiment inévitable quotidiennement lors de rapports sociaux normaux.

La transpiration excessive à l’école

À l’école, les enfants subissent les moqueries de leurs petits camarades. Ils se font souvent réprimander par des instituteurs, qui ne sont pas toujours au fait de ce problème. Ils se font traiter de petits cochons, car leurs cahiers sont maculés de taches.
Au collège, c’est encore pire, se tenir par la main est un véritable calvaire. Sentir le dégoût d’un camarade est une véritable humiliation.
Cette transpiration excessive est souvent un véritable repoussoir dans les premières relations amoureuses.

Transpiration excessive chez l’adulte

L’exercice de nombreuses professions peut être gêné par une transpiration excessive palmaire importante : en premier lieu le secrétariat, le dessin, l’électronique, la métallurgie, l’horlogerie, les musiciens, les écoliers, les étudiants…

Transpiration excessive un handicap professionnel

Chez les adultes cette invalidité persiste et crée d’autres difficultés : l’orientation professionnelle est rendue compliquée par les mains moites par exemple. Les relations sociales sont encore perturbées par la transpiration excessive, même dans la vie de couple. Cette véritable invalidité peut conduire à un repli sur soi et même à une éviction sociale.

Transpiration excessive : Le profil psychologique

À ce jour, les études psychologiques menées chez des sujets souffrants d’hyperhidrose n’ont pas conclu à une élévation statistique significative du niveau d’anxiété; par contre, elles ont montré une faible capacité à affronter le stress et le fréquent besoin d’assistance psychologique.

Topographie de la transpiration excessive

Les glandes sudorales des patients atteints d’hyperhidrose ne montrent pas d’altération significative par rapport aux glandes sudoripares des individus normaux. Que ce soit anatomiquement ou numériquement, aucun changement n’a pu être détecté. C’est la face palmaire des mains et des doigts qui transpire le plus, en association avec :

  • les pieds dans 83% des cas
  • les aisselles dans 53% des cas (hyperhidrose axillaire)
  • la face dans 1% des cas
  • le cou, tronc, jambes dans 12% des cas

Cependant, il est inhabituel de trouver le pied affecté à un degré aussi important que les extrémités supérieures.

Éléments cliniques associés à la transpiration excessive

a) Acrocyanose : les extrémités présentent une couleur violacée.

C’est une cyanose uniforme, permanente, indolore, localisée aux extrémités, d’intensité et de teinte variables. Elle s’accompagne d’un déficit artériel et la capillaroscopie du lit de l’ongle fait le diagnostic en montrant des boucles capillaires cyaniques, dilatées, ramifiées et un ralentissement circulatoire.
Elle est assez fréquemment associée à une hyperhidrose palmo-plantaire qui tend à aggraver le syndrome en raison du refroidissement des extrémités qu’elle procure.

b) Troubles dermatologiques associés à la transpiration excessive

  • 1) Infections : mycosiques ou bactériennes de la peau prédominantes aux pieds et liées à la macération due à l’humidité constante de la peau.
  • 2) Eczéma : souvent associé, surtout aux mains, sans relation évidente de cause à effet.
  • 3) Bromhidrose : c’est une odeur désagréable de la sueur, qui provient des produits de décomposition bactériens.

Diagnostic de la transpiration excessive ou hyperhidrose essentielle.

la transpiration excessive peut être le symptôme d’une pathologie générale (hyperthermie, hyperthyroïdie…). Dans ce cas le traitement s’applique à la cause initiale et un avis médical est nécessaire.

Si le diagnostic de transpiration excessive est un diagnostic d’exclusion, il constitue rarement un problème clinique difficile. Les très nombreuses causes de la transpiration excessive secondaire sont habituellement accompagnées de caractères cliniques évidents.

En conclusion, une la transpiration excessive palmo-plantaire bilatérale favorisée par l’émotion chez un sujet jeune, en bonne santé, ne peut guère faire douter du diagnostic.